04/01/2014

La Terre se meurt...

Greenpeace
L'heure est gravissime, la Terre se meurt !
Je devrais chaque matin me prendre la tête entre les mains et me mettre à pleurer à chaudes larmes sur le triste sort de la Terre que nous polluons, pillons, massacrons, détériorons, asséchons, désertifions, déforestons, etc,...
Et pourtant, qu'est-ce-que c'est bon de rouler avec ma voiture à l'essence qui pollue, de me servir de cet ordinateur bourré de composants.  Qu'est-ce-que je suis contente d'acheter des produits pas chers venant de Chine et fabriqués avec une énergie hyper-polluante.  Comme c'est délicieux d'entendre le bruit de ma chasse d'eau qui déverse ses 10 litres d'eau, de m'émerveiller devant mon salon de jardin en bois exotique qui a participé à la déforestation ou devant mes chaises en plastique qui me survivront...

Bref, tout cela pour dire, c'est qu'il y aura toujours des gens (les industriels) pour se faire du fric sur le malheur des autres et du monde, sans oublier le coût pour la planète qui se vide de sa substance comme un fruit que l'on écrase et que l'on couvre de déchets...
Ceux-là (les industriels) ne bougeront pas le petit-doigt pour changer quoi que ce soit à la frénésie de consommation, à la course bonheur/progrès qui est inscrite dans la marche du temps.
Les industriels sont responsables, "Nous" sommes responsables mais les "Dieu-Croissance" et "Dieu-PNB" sont aussi responsables !

Écrit par carine geerts dans Coups de gueule |  Facebook

Triomphe de la déraison...

medias
Les tragédies dans le monde sont difficilement dénombrables.  Elles jalonnent les informations médiatiques en présentant l'image de pays morcelés où les reportages passent d'un pays et d'un sujet à un autre, montrant la montée des fanatismes, les conflits ethniques, la violence de la vie urbaine, la famine qui touche de nombreux pays africains, l'explosion démographique en Chine et en Inde, la déforestation du Brésil et du Congo, les inondations en Thaïlande, les séïsmes à répétition au Japon, etc,...
Et pourtant, nous ne nous apercevons plus de tous ces malheurs dans le monde.  Parfois, nous suivons les développements dans les médias mais notre intérêt ne dépasse jamais le stade de l'étonnement.  Au besoin, l'on verse une larme sur tant de malheurs ou bien on y puisse de quoi animer un dîner mondain, histoire de montrer que l'on se tient au courant des infos.
La Terre et ses habitants, les autres, l'avenir du monde, notre avenir... nul ne s'en préoccupe sérieusement...
Finalement, les nuages qui s'amoncellent sur notre destin, ne sont que le résultat de notre propre noirceur

Écrit par carine geerts dans Coups de gueule |  Facebook