08/07/2012

"Y Croire" - Thierry-Marie Delaunois...

Y Croire.jpg

Résumé
Les vies sont-elles tracées même au-delà de la mort ? 
Revient-on pour accomplir l'inachevé ?
D'un côté : Romain, 23 ans, historien de formation, accordéoniste, fan de Michael Jackson, une situation familiale oppressante.
De l'autre : Jennifer, vingt-trois printemps également, douée pour les langues, fonceuse, fan de fitness, un environnement familial explosif.
Ils ont des affinités.
Ils sont visiblement faits l'un pour l'autre, mais... ne se connaissent pas et ne se sont jamais rencontrés.
Suffirait-il d'un regard, d'un seul regard pour que l'alchimie opère ?
Sont-ils tous deux la réincarnation de ce très jeune couple qui a mis fin à ses jours vingt-trois ans plus tôt ?  Julien et Rebécca s'aimaient tels Roméo et Juliette.
Deux parcours, deux vies, une seule destinée ?

Je viens de tourner la dernière page du roman "Y Croire" de Thierry-Marie Delaunois et je reste imprégnée par l'ambiance de ce livre.

Au niveau du style
Ce roman se lit facilement et agréablement. 
Les références aux histoires des monuments, des sites culturels et historiques, des artistes, etc,...  y sont nombreuses et les explications de celles-ci permettent une meilleure compréhension à la lecture.  En effet, l'auteur traîte différents sujets et des recherches sérieuses viennent nourrir son texte, et accroissent le plaisir de lire.  Ce que j'apprécie particulièrement.
L'écriture de Thierry-Marie Delaunois est fluide, sans lourdeur, ni préciosité.  Elle est agréable à lire et même un soupçon intimiste.
Les transitions entre chaque chapitre se font aisément.

Au niveau de l'histoire
Je me suis littéralement identifiée à Romain.  Il est l'instrument du destin de cette histoire.  C'est un personnage fascinant.  A mes yeux, il incarne le porteur des mystères de la vie et de la mort.  Il a un don inné, celui de deviner l'autre, de se brancher sur la même "vibration" que lui.
Jennifer, quant à elle, me semble plus transparente, moins intellectualisée.  Elle est toute en muscles, plus masculine, fonceuse et forte.  Pas du tout sensuelle et féminine, contrairement à son amie Aïcha, qui se trouve être un personnage secondaire.
Je me suis faite la remarque que l'auteur devait vivre les personnages très précisément, en avoir des représentations visuelles très fortes dans sa tête.
Un regret néanmoins, bien qu'il soit personnel, j'ai trouvé qu'il y avait "trop" de personnages et je me suis souvent perdue à retrouver "qui est qui" et "qui fait quoi".

Conclusion
Au final, malgré ce petit bémol, mon impression reste très positive et j'aurai sans doute plaisir à lire d'autres oeuvres de Thierry-Marie Delaunois, qui propose un univers proche du mien et que j'ai envie d'explorer plus avant.

Impression personnelle
L'histoire d'"Y Croire" m'inspire particulièrement, étant attirée par les phénomènes paranormaux, ainsi que par les capacités de projection du corps astral qui sont des sujets qui me fascinent terriblement.
Je reste persuadée que ce que nous prenons pour de l'intuition, n'est souvent que l'intervention d'entités supérieures, ce que Thierry-Marie Delaunois explique dans sa fiction en parlant "de la mésange bleue et du rossignol rouge".
Dans les dernières pages, l'auteur parle de la rencontre de "Jennifer et de Romain", qui sont parvenus à accéder au monde de lumière où se trouvent "Julien et Rebécca".
A la lecture de ce roman, je continue à croire que la loi d'Amour permet de développer toutes les virtualités de l'être humain.

"Y Croire"
Thierry-Marie Delaunois
Editions Bénévent
ISBN 978-2-7563-2087-8

Écrit par carine geerts dans Littérature |  Facebook

22/03/2012

"Malo et l'enfant du silence" - Cynthia Luciaud - Editions Plunvenn Jeunesse...

 
Malo et l'enfant du silence.jpgCynthia Luciaud me fascine par la facilité avec laquelle elle parle des petits problèmes de la vie quotidienne.  Dans ce cas-ci, il s'agit de l'histoire d'un enfant (Tom) timide et réservé, qui intériorise ses pensées et ses émotions.
Cette histoire mérite d'être lue, car l'auteur(e) y explique avec beaucoup de sensibilité la réalité de la timidité dans sa singularité, son dynamisme et son exigence inéluctable.
J'aime les images que l'auteur(e) fait passer dans ses histoires. Elles me font penser à des signes lâchés tendrement à tout vent, avec tant de justesse et de douceur.
Je suis sous le charme de "Malo et l'enfant du silence" et de la plume exaltante de Cynthia Luciaud...
 
Petites réflexions personnelles sur la timidité
Les timides ne sont pas des solitaires confirmés ou des introvertis heureux. Pour la plupart, ce sont des personnes qui désirent fortement s'entendre avec les autres, se faire des amis, vivre des rapports d'intimité, mais qui ont peur de faire mauvaise impression et qui craignent le rejet, l'humiliation, l'ostracisme et l'anxiété. Ils sont douloureusement conscients de la façon dont les autres peuvent les percevoir et redoutent sans cesse d'être perçus sous un mauvais jour. Ils s'efforcent donc d'éviter tout ce qui pourrait se solder par le rejet ou l'embarras. Si rien ne les obligent à entrer en contact avec les autres, ils fuiront souvent les rencontres sociales et éviteront toute interaction. Les personnes timides sont donc souvent très seules et la timidité les conduit à l'isolement forcé. Ce qui conduit à détruire eux-mêmes leurs chances d'entrer en rapport avec les autres. Le cycle peut être infernal. 
C'est donc l'Amour qui lui permettra d'échapper à la conscience de son "soi". Ce que Cynthia Luciaud a parfaitement bien expliqué dans son histoire de "Malo et l'enfant du silence". C'est le goléand qui permettra à Tom de réduire ses inhibitions, c'est-à-dire les barrières qui lui interdisent de s'approcher des autres...
 
"Malo et l'enfant du silence"
Auteur : Cynthia Luciaud
Illustrateur : Geoffrey Champin
Maison d'édition : Plunvenn Jeunesse
ISBN 978-2-916685-42-7
Prix : 13,50 euros...

Écrit par carine geerts dans Littérature |  Facebook