26/01/2010

Mundélé - Philippe Mermod - L'Huître Perlière

Cette histoire me touche au plus profond de moi, me retourne complètement...
En un mot : c'est magnifique !
L'Afrique profonde, authentique, est capable, je pense, de fasciner n'importe qui ; elle fait vibrer des cordes en nous, que nous le veuillons ou non. Elle est exposée ici avec tant de simplicité... automatiquement, moi, homme occidental, je m'identifie avec Willy et suis entraîné avec lui dans ce monde cruel, magique, en communion avec les éléments et la nature... En bref, je ne sais pas comment, Carine parvient, à travers ce livre, à nous faire VIVRE une expérience profonde, fondamentale, un retour aux sources de ce que nous sommes... C'est aussi ce qui rend le drame de la fin si terrible...

Écrit par carine geerts dans Commentaires reçus pour Mundélé |  Facebook

Mundélé - Marc Flauw - L'Huître Perlière

Le livre raconte l’histoire de Willy Thijs, un jeune agent territorial au Congo belge de l’époque coloniale.
Willy est affecté dans un poste reculé et se met à aimer ce pays et ses habitants, contrairement à beaucoup de blancs de l’époque.
Il est attiré par la grande forêt et les pygmées Babingas, peuple farouche et ne supportant pas les contacts extérieurs. Willy devient le médecin de toute la population locale et trouve ainsi l’occasion d’être invité chez les Babingas. Il y rencontre Aimée la fille du chef qui lui laisse une impression inoubliable.
Quand le peuple Babingas est victime d’une épidémie, Aimée fait appel à Willy et leur amour éclot et croit avec les rites initiatiques imposés à Willy pour faire partie des Babingas. C’est une double initiation pour Willy, au peuple Babinga et à l’amour d’Aimée.
L’auteur dépeint superbement cette Afrique dont on sent qu’elle l’aime. On partage l’initiation de Willy et on vibre avec lui.
Malheureusement, nous sommes sous l’Afrique coloniale et un missionnaire à la recherche d’ouailles va découvrir nos amoureux et appeler la police à la rescousse. Aimée meurt dans l’échauffourée qui s’en suit et Willy est condamné à l’exil. Cette seconde partie du livre est poignante et on suit haletant les aventures de Willy et d’Aimée. Ce choix d’une fin triste doit être salué car il augmente la puissance dramatique du livre et correspond mieux à la réalité de l’époque qu’une fin heureuse.
Un superbe livre de Carine Geerts très abouti et prenant. Un bel exploit pour le deuxième ouvrage d’un écrivain amateur.

Écrit par carine geerts dans Commentaires reçus pour Mundélé |  Facebook