23/11/2010

Damna - Yacine Khalfi - L'Huître Perlière...

Je viens de lire "Damna" de Carine Geerts.
L'auteure a gardé intact, son talent admirable de conteuse mais avec des transitions trop rapides ou des vides entre les différentes parties du récit.
Cependant, franchement, je suis trop partisan des amours platoniques et des romans classiques lesquels ont constitué le fond de ma culture, c'est pourquoi je préfère "Mundélé" qui possède plus de charme et de romantisme. Il se rapproche plus de mes préférences et du désir d'évasion du lecteur.
A part ces remarques, "Damna", à un certain point, m'a plu par son innocence, la pureté de sa jeunesse et une sorte de mysticisme et de musique intérieure qui berce certains chapitres de l'oeuvre. Comme d'habitude, le style est direct et plaisant. Il y a une continuité et un fil conducteur qui pique la curiosité du lecteur et l'incite à tourner les pages du récit jusqu'à la fin...

Écrit par carine geerts dans Commentaires reçus pour Damna |  Facebook

Damna - David Lassale - FaceBook...

HYMNE A ISIS
Parce que je suis la première et la dernière
Je suis la vénérée et la méprisée
Je suis la prostituée et la sainte
Je suis l’épouse et la  vierge
Je suis la mère et la fille
Je suis les bras de ma mère
Je suis la stérile et mes enfants sont innombrables
Je suis la bien mariée et la célibataire
Je suis celle qui donne le jour et celle qui n’a jamais procrée
Je suis la consolation des douleurs de l’enfantement
Je suis l’épouse et l’époux
Et c’est mon homme qui m’a crée
Je suis la mère de mon père
Je suis la sœur de mon mari
Et il est mon fils rejeté
Respectez-moi toujours
Car je suis la scandaleuse et la magnifique
(Hymne à Isis, III siècle ap.J.C., découvert à Nag Hamadi)

Ce très beau texte amène, à lui seul, l’intensité et la fragilité du récit qui va suivre. Cette introduction illustre parfaitement la complexité féminine dans la relation amoureuse. De même, la couverture est illustrée par la représentation "Le Graal" de Dante Gabriel Rossetti, et cela donne le ton de cette quête commune à toutes les femmes.
Une histoire qui démarre sur une note de légèreté alors que l’on fait connaissance avec Alaïz.
Puis le ciel s’obscurcit et le ton se fait plus dense. L’histoire prend un tournant déroutant et décisif auquel on ne s’attend pas du tout. Une belle surprise car il est tellement désagréable de deviner à l’avance ce qui va se passer.
D’aventure en aventure, cette jeune fille devient femme, telle une chrysalide achevant sa métamorphose, et découvre l’amour avec ses joies et ses désillusions. Un parcours initiatique difficile, sauvage, qui peut rappeler les affres sectaires dans un certain sens, et d’autres situation bien entendu.
L’auteure tranche complètement avec ses précédents écrits. Certes, nous retrouvons l’intensité des émotions à laquelle nous sommes habitués, mais le ton est résolument plus grave.
Malgré cela, il se dégage de ce roman une sensualité débordante qui vient rafraichir l’ambiance avec délicatesse et brio.
109 pages me direz-vous, c’est court. C’est vrai ! Mais est-il besoin d’avoir un livre plus épais pour avoir un récit fort, maitrisé, et complet ? Non, la preuve ! Aucune hésitation à avoir, cet ouvrage est à lire passionnément… 
http://lunaire-iris-des-sens.over-blog.fr/categorie-11222...

Écrit par carine geerts dans Commentaires reçus pour Damna |  Facebook