21/03/2015

Réveil à l'aube du temps...

L'homme et la femme se réveillent sous une clarté inédite.  Ils sont nus, mais ne ressentent pas de froid.  Ils sont juste étonnés de se retrouver sans mémoire en ce lieu étrange et solennel, car ils ne savent pas d'où ils viennent, ni comment ils sont arrivés là.  Un silence grandiose règne autour d'eux. Un brouillard blanc, doux, légèrement lumineux s'étend de toutes parts, recouvrant un sol uni, cachant l'horizon, le ciel et l'espace.

Un peu effrayés en dépit de l'aspect paisible des lieux, l'homme et la femme se prennent par la main pour se réconforter.  Ils se regardent, surpris de se découvrir nus et si jeunes.  Ils ont la profonde impression de naître à l'instant même, d'être en train de s'éveiller au monde tel un papillon qui s'extrait de sa chrysalide.  Leur esprit est léger, frais, régénéré comme après un profond, long et interminable sommeil.  Aucun souvenir n'encombre leurs pensées.

Instinctivement, ils se dirigent dans une direction, toujours main dans la main.  Ils avancent pas à pas, et progressivement une ouverture diffuse se présente face à eux sous forme de halo gris et nébuleux. Ils savent qu'il leur faut entrer, passer par cette porte.  Ils le savent intimement.  C'est le passage obligé de leur marche.  Tous les deux savent d'instinct qu'il est inutile de se retourner, que leur sort est là, devant eux.  Il faut entrer.  Passer la porte.

Une lumière radieuse, fulgurante, pacifiante inonde les lieux et envahit leur être.  Ils comprennent tout.  La porte passée, les vieux époux viennent de quitter le monde intermédiaire, si bref, séparant la poussière de l'infini.
Le couple de vieillards s'est réveillé de son sommeil funèbre.  L'homme et la femme se reconnaissent aussitôt dans leur jeunesse rétablie.  Ils s'enlacent, émerveillés de se revoir en ce lieu.  Maintenant qu'ils sont arrivés à bon port, ils peuvent se retourner, derrière eux gisent deux tombes...

Écrit par carine geerts dans Textes Cook & Book |  Facebook

Les commentaires sont fermés.