04/08/2013

"Clara" - Stan Arte (photographe)

Alone

Un Lait Russe s'il te plais Greg...
J'étais installé Place du temps libre,mes écouteurs dans les oreilles, le livre posé sur la table.
Le monde était devant moi, les gamins jouent, les parents avertissent des dangers, le ballet des garçons de terrasse était incessant, bref... des vies autours de moi.
Je me devais de lire ce bouquin dont tout le monde parle et enfin savoir la vérité sur cette femme libre "Clara".

J'en ai retenu ceci...
Clara est une femme que l'on croise assez fréquemment dans les endroits les plus variés, tantôt on la croise dans un bar restaurant branché,une terrasse à l'ombre ou encore lors d'un vernissage d'un quelconque artiste de la capitale...
Cette femme de cœur est une boulimique des affaires ,des affaires des autres, celles qui sont douloureuses, celles qui font mal, celles qui sont vraies et qui arrivent à faire oublier que l'on est vivant,entier, de chair et de sentiments.
Elle se cache à elle même, elle se décrit comme une salvatrice des âmes perdues de ceux et celles qui n'ont plus rien d'autre que de se faire épauler par un bras de justice,une illusion pour se sentir encore vivante et rassurée sans grand espoir...
Clara est le femme que l'on désire approcher, le temps de la scruter, de l'observer de lui faire aimer le temps d'un instant le moment X , la joie, la jouissance l'illusion d'un partage amoureux, d'une liaison sans soucis mais compliquée.
Le décor est bien planté, l’évasion d'une ville à une autre pour ensuite s'abandonner dans un endroit paisible, le temps d'une romance, l'endroit est merveilleux mais le cerveau n'est jamais en vacances.
Tout est parfait pour ce grand amour du moment, elle en est presque arrivée à se défaire de ses angoisses de femme d'un certain âge,puisqu'elle revit dans les bras d'un homme, elle jouit à nouveau, elle est désirée, elle ne pense plus à Martine qui fait partie de ce monde de papiers, de lois,de vie brisée.
Clara est heureusement malheureuse de son bonheur de la projection de la fin de son histoire et du désir d'en finir avec les histoires des autres qui ne font que lui rappeler la sienne.
Une des dernière phrase de Clara est terrifiante de vérité « s'habituer à la souffrance,qu'ai je fais pour souffrir autant » ...

Je n'ai pas eu l'envie ni le temps de tremper mes lèvres pour goûter la mousse de lait qui chapeaute mon Lait Russe, le temps sur cette place c'est arrêté. En partant de ce bel endroit j'avais l'impression de sortir d'une salle de cinéma et d'avoir vu le film à la mode, celui qui raconte notre vie, celle où chacun se retrouve.
Les sentiments mélangés de tristesse, de joie,de peine mais surtout l'envie de vivre et d'exister en étant conscient que tout être humain est toujours « seul » avec lui même...

Merci Carine pour ce partage de sentiments qui nous sont indispensables, à nous les Humains.

Stan Arte ton ami Photographe

Écrit par carine geerts dans Commentaires reçus pour Clara |  Facebook

Les commentaires sont fermés.