12/07/2013

"Clara" - Sabine Barbier - La Chaumière des Mots...

941575_10151498428414398_2032026568_n.jpgLes thèmes du livre
- L’émancipation des femmes
http://revueagone.revues.org/427
- Carrière et famille, inconciliable ?
http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/soit-on-est-business-woman-soit-on-est-mere-de-famille_892582.html
- Suicide

Mon ressenti
Dans sa préface, Raymond De Mey, psychothérapeute, écrit cette phrase : « [...] Et si, de même, l’on envisageait de considérer le suicide comme l’opportunité saisie par un être, ayant fait ses comptes, de se refaire une vie meilleure au-delà de celle-ci, et qu’on le célébrait ? »
Et à la fin du livre, Carine Geers, elle, note : « C’est une réaction désadaptée, car pour la personne qui y survit les problèmes restent entiers et les conséquences sont souvent graves et de longue durée. »
La question sous-jacente entre ces deux positions est donc de savoir si on prend le risque de « tenter » sans savoir si on ira vers une vie meilleure ou vers un enfer plus prononcé.
Tout comme dans mon article précédent, « Véronika décide de mourir », ces réflexions sont très personnelles et je vous laisse réfléchir au sujet, comme je l’ai fait.

Ce qui m’a surtout interpellée dans ce roman, c’est une question qui me taraude depuis bien des années, en fait depuis que j’ai acquis le statut de « femme » : nos mères, nos grands-mères se sont battues pour notre émancipation. Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Qu’en avons-nous fait ? Nous, les Femmes ? Elle, la Société ?
A l’époque, il semblait évident que c’était une grande victoire, les mères, les épouses, les célibataires, les veuves, étaient enfin libres de diriger leur vie, de faire carrière, de refuser un mariage, de voter…
Aujourd’hui, un constat peut être fait : avant, les femmes pliaient sous les coups de leur père, frère, mari. Cela a-t-il changé ? Avant, les femmes restaient à la maison pour s’occuper du foyer et des enfants, aujourd’hui elles continuent de le faire avec soit le cumul de leur emploi, soit le poids du chômage. Qu’est-ce qui est mieux ?
Et je pourrais continuer longtemps cette liste de questions, de comparaisons…

Dans son roman, l’auteur nous emmène dans le monde de Clara, qui a tout sacrifié à sa carrière. Et elle se retrouve seule, seule ! Combien sommes-nous dans ce cas ? Combien de femmes retrouvent un foyer vide à leur retour ? Combien de femmes, sorties de leur bureau, de leur usine, se sentent perdues car n’ayant aucun but ?
Bien sûr, je ne laisse pas entendre qu’il faudrait revenir en arrière : j’aime avoir mon compte en banque personnel, aller en boîte de nuit si j’ai envie, n’avoir des comptes à rendre qu’à moi seule. Mais avons-nous vraiment su exploiter ce que nos aïeules nous ont légué ? 

http://www.lachaumieredesmots.com/clara-carine-geerts/

 

Écrit par carine geerts dans Commentaires reçus pour Clara |  Facebook

Les commentaires sont fermés.