23/11/2010

Tillia Tépé - Yurani Andergan - FaceBook

J'ai lu Tillia Tépé samedi soir à l'hôtel, d'une traite.
Ce que j'aime, c'est votre écriture, votre abord des mots, votre style. Alerte, syncopé de façon juste à certains moments, comme une invitation chaleureuse qui accompagnerait un visiteur réservé. Une belle histoire d'amour, de révélation d'amour, au milieu des rafales destructrices des forces "noires". Le chemin de libération d'une femme au travers de la rébellion et de l'amour, avec le poète comme catalyseur et phare. Le livre se lit sans rupture, sans trou d'air, comme un souffle léger sur les jardins odoriférants. Les mots caressent le lecteur dans son identification avec Zorah. Omar est beaucoup plus falot, paradoxalement, plus intellectualisé (à mon ressenti). Le Qa'im, lui, est proprement transparent, sauf lors de l'épisode de la sauvegarde du temple de Tillia Tépé.
Je me suis fait la remarque que vous devez vivre les personnages très précisément, en avoir des représentations visuelles très fortes dans votre tête et frissonner avec eux, mais que quelque chose vous empêche de les décrire davantage, de les poser plus longuement, peut-être le sentiment qu'à trop définir le lecteur perdrait la profondeur du message par une représentation trop éclairante.
Quant aux rubaiyat de Khayyam, ce sont évidemment, même en traduction, des textes magnifiques. Ils donnent la clef de la tolérance et de la nécessaire liberté de conscience des individus, tant dans le livre qu'au delà.
En conclusion, j'ai aimé. Continuez Carine dans cette voie, sans avoir crainte d'assommer vos lecteurs de dizaines voire centaines de pages supplémentaires dans vos récits...

Écrit par carine geerts dans Commentaires reçus pour Tillia Tépé |  Facebook

Les commentaires sont fermés.