26/01/2010

Tillia Tépé - Yacine Khalfi - L'Huître Perlière

Effectivement, c'est un joli texte qui ne laisse pas indifférent par un romantisme, je dirai "sensuel", une sensibilité à fleur de peau. Carine possède un certain talent de conteuse. L'écriture est fluide, sobre, dépouillée, directe. On a aucune peine à suivre l'histoire de Zorah, de son mariage forcé avec Khashal, à un âge trop tendre, trop précoce, de sa fuite du foyer conjugal, de sa rencontre avec Omar Khayyam, de leur amour vécu comme un enchantement sans cesse renouvelé. Les autres péripéties sont également bien peintes. Il m'a semblé toutefois que les transitions entre les chapitres et les différents épisodes sont trop rapides. On aurait dit que l'auteur était pressé d'arriver à la fin de l'histoire, avec la découverte du trésor de Tillia Tépé, qui ne participe que symboliquement à l'aventure de Zorah. De plus, après la fuite de cette dernière, une chose m'a intrigué : Pourquoi, l'homme brutal qu'est Khushal n'a rien tenté pour retrouver sa "femme". Il est vrai qu'il ne manquait pas d'occupations et de maîtresse. Seul l'assouvissement de ses désirs physiques l'avait guidé et intéressé lors de son mariage avec Zorah.
Enfin, il existe quelques discordances historiques qui sont peut-être passées inaperçues, relevées dans l'introduction et dans le lexique :

1) La Perse a été conquise par Khalid Ibn Walid et Abou Obeïda, sous le règne du Khalife Omar Ibn Khatab, en 641 de l'ère Chrétienne. Donc au XVI ème siècle, Il y avait déjà neuf et non trois siècles depuis que la Perse était sous domination arabe. 2) Les ulémas ou plus exactement les oulamas sont des savants de la foi musulmane, et sont sunnites. Les chiites, eux, ont un clergé et leurs guides spirituels et théologiques sont les mollahs ou ayatollahs.
3) L'année hegirienne ou lunaire est plus courte que celle du calendrier chrétien grégorien. Donc les mois qui la composent subissent une rotation complète de 34 ans, de janvier à décembre. Par conséquent, le mois Dou EL Quaada ne peut pas être obligatoirement le mois de novembre. Il varie lui aussi et se déplace comme celui du Ramadhan.
4) La dynastie berbère des Zyarides ou Zirides a régné en Afrique du Nord (Algérie et Tunisie actuelles), et n'a jamais étendu son influence jusqu'en Perse.
5) Le fondamentalisme n'est pas une "spécialité" chiite. Même les sunnites n'en sont pas dépourvus. Comme d'ailleurs toutes les religions.

A part ces quelques précisions, que je me devais de signaler, le contexte historique est admirablement mis en relief dans le récit. Fiction et références authentiques se mêlent harmonieusement pour aboutir à un beau roman.

Écrit par carine geerts dans Commentaires reçus pour Tillia Tépé |  Facebook

Les commentaires sont fermés.