11/11/2007

La scarification, reconnaissance ethnique ou esthétisme ?...

ScarificationLa découverte du Congo est intimement liée à celle des rites, coutumes et usage des populations qui le compose; parmi ceux-ci : la scarification
Cette pratique a existé de tout temps en Afrique; de nombreuses peuplades l'utilisent pour la reconnaissance de groupe, d'ethnie ou de statut social.
Les scarifications sont réalisées à l’aide d’éclats de bois et de petits cailloux introduits sous la peau; à terme, elles doivent provoquer une boursouflure de la peau et les principaux endroits traîtés sont : le visage, le dos, le ventre et les bras.

Cette pratique trouve un prolongement actuel en nos contrées mais là, il me semble que c'est poussé un peu trop loin car à mon sens, ce n'est plus de la scarification mais de la sacrification.
scarifications
En effet, dans nos contrées, certains adolescents s'automutilent la peau des poignets, des bras, des cuisses, du ventre à l'aide d'un cuter ou d'un rasoir.
Cette pratique dont les origines sont à chercher dans les sociétés traditionnelles, est dans nos contrées, synonyme d'un véritable mal-être.
Les adolescents s'entaillent pour matérialiser une douleur psychique insupportable.
Avec les coupures, la douleur devient tangible, plus gérable et ils éprouvent un sentiment d'apaisement.
Le sang qui coule leur apporte une preuve de vie et les cicatrices laissées par les blessures jouent un rôle; les adolescents les montrent ou les cachent selon les circonstances.

Et puis, il y a les "dingues".... Il n'y a pas d'autre terme à mon sens. Il faut voir le site ci-après : http://bodystar-art.skyrock.com/23.html
Attention, les images sont assez impressionnantes, particulièrement celles concernant les techniques de suspension, de scarifications, des implants, la couture,...

Écrit par carine geerts dans Réflexions |  Facebook

Les commentaires sont fermés.